La sorcière de la bouche d’égout

Autrice : Isabelle Renaud

Illustratrice : Juliette Barbanègre

Édition : Rouergue

Collection : Dacodac

Parution : mars 2021

64 pages, dès 8 ans

 

 

Présentation de l’éditeur :

     « Les sorcières existent ! Véridique ! D'ailleurs, Maud et Melinda ont découvert qu'il y en a une qui vit dans leur école. Oui, dans leur cour de récréation même, bien cachée au fond d'une bouche d'égout. Elle n'est pas méchante et ne ferait jamais de mal à personne. Enfin, sauf si on oublie de la nourrir... Car si par malheur cela se produit alors bonjour les dégâts ! L'arrosage automatique se casse ou l'eau des robinets devient orange. Alors le jour où leur maîtresse adorée se fracture l'épaule et est remplacée par l'horrible Mme Tric (qui leur fait disséquer des poissons, beurk !), Maud n'a plus le choix : elle doit demander de l'aide à la sorcière de la bouche d’égout ! »

 

      Avec fraîcheur et humour, Isabelle Renaud invente un univers qui oscille entre le merveilleux et le quotidien scolaire d’une jeune héroïne qui, comme tous les jeunes enfants, se laisse emporter avec délectation dans une aventure où l’imaginaire est aussi essentiel que la réalité. Cette sorcière annoncée dans le titre, invisible mais si présente, va permettre à Maud et sa copine Melinda de s’inventer des aventures et de résoudre des problèmes divers dont le principal est celui de faire partir l’affreuse Mme Tric, remplaçante de leur maîtresse chérie Victoire et obsédée par la dissection d’animaux. Qu’en sera-t-il lorsque la soit-disante sorcière provoquera une tempête diluvienne ?

      A travers ce récit à la première personne, l’imaginaire développé, le contexte familier des enfants d’aujourd’hui, des chapitres courts et aérés et le style très oralisé choisi par l’autrice, les jeunes lecteurs ont de quoi se reconnaître et plonger dans la dynamique de la narration sans trop de difficulté. À noter toutefois qu’il n’est pas toujours aisé pour des lecteurs un peu fragiles de lire des phrases oralisées dont la syntaxe est souvent complexe et où les appositions sont nombreuses. Heureusement pour eux, le lexique est très abordable et les dialogues fluides.

      Ainsi, fidèle à cette collection dont la ligne éditoriale est « de vrais romans ok pour les 9/12 ans dans tous les genres, du polar aux aventures du quotidien », ce petit roman offre une belle distraction aux jeunes lecteurs où complicité et amitié se côtoient joyeusement.

 

Bénédicte Charlier – mars 2021

 

Mots clés : aventure – école – enfance – humour – imaginaire – inondation – amitié