Séance du 6 février 2021 : “La cruauté participe à la qualité du texte” (Artaud)

Cette séance est animée par Morgan, étudiante en master de création littéraire venue en stage à l’Institut, qui prépare un mémoire sur les transfuges de classe en littérature. Elle a choisi de nous faire travailler sur les techniques permettant de créer une  tension narrative, c'est-à-dire du suspense : comment créer une scène mystérieuse, faire monter la tension, donner envie au lecteur de savoir la suite de l’histoire ?

En début d’atelier, nous étudions deux extraits de roman : Le motif dans le tapis d’Henry James et Désintégration d’Emmanuelle Richard. Morgan aborde les différentes techniques pour créer une tension dans le récit : l’effet de surprise, le mystère, le retournement de situation...

Ensuite, il nous faut écrire. Pour la première fois depuis le début de l’atelier, il n’y a pas une, mais trois consignes d’écriture au choix : soit écrire une scène surprenante/captivante qui nous est arrivée ; soit imaginer une petite histoire à suspens, fictionnelle cette fois-ci ; et enfin, réécrire la scène de "Désintégration" en changeant des éléments de notre choix (imaginer la suite, inverser les rôles des personnages...) Quel que soit l’exercice choisi, l’objectif est de maintenir l'effet de suspense jusqu'au bout.

Les participants ont créé des textes remarquables d’inventivité (entre autres : une rencontre inquiétante à Gare du Nord, un secret de famille révélé dans une lettre, un week-end en camping qui tourne au désastre) qui donnent envie d’en lire plus.

Tout le monde a remercié Morgan pour cette séance ; nous nous donnons rendez-vous le 6 mars pour le prochain atelier. En présentiel ou pas ? Suspense...