Séance du 23 janvier 2021 : "Investir les noms de lieux"

Pour cette séance-ci, également en formule “mixte” (un petit groupe en présentiel d’un côté, un groupe qui suit l’atelier sur Zoom de l’autre), c’est Maxime B., étudiant stagiaire en master de Création Littéraire à l’université Paris Cergy, qui nous présente son atelier.

 

Nous travaillons sur un poème de Victor Hugo (“Alors dans Besançon, vieille ville espagnole...”), des lignes de Châteaubriand à Jérusalem, les Poèmes à Loud’Apollinaire, sur l’incipit du roman La gloire de mon pèrede Marcel Pagnol... et sur Le guide du routardbelge ! La séance porte en effet sur les toponymes, les noms de lieux, et sur les différentes manières d’y ajouter de l’expressivité, une portée littéraire ou sentimentale.

 

Ainsi, à partir du poème “Le ciel est étoilé” d’Apollinaire (“Puissè-je t’oublier mon pauvre amour de Nîmes / J’ai tout mangé l’orange et la peau qui l’entoure.” etc.), nous devons écrire un texte de quelques paragraphes à partir d’un nom de lieu, en ayant recours aux différentes techniques d’écriture que nous avons apprises au cours de l’année.

 

Les lieux choisis par nos participant.es sont variés : Césarée, un petit village en Grèce, la Pierre Turquaise dans le Val-d’Oise, le passage Jouffroy à Paris, Hirson dans les Hauts-de-France, la forêt de Brocéliande... cette séance nous emmène ailleurs, à défaut de pouvoir voyager en vrai.

 

Merci à Maxime pour cet atelier et nous nous retrouvons dès ce samedi pour le suivant.

 

Ce n’est donc pas une montagne, mais ce n’est plus une colline : c’est Garlaban...”